Information Défense et Protection Animale et Environnement
 
AccueilPublicationsFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
 Le Site AVNS continue d'évoluer
 
Vous pouvez dès à présent vous abonner à la new
 Visiter régulièrement,  en un clic sur l'image >
pour vous tenir informé chaque semaine
de tous les nouveaux sujets
Infos et discutions postés sur le forum AVNS
♣️ ♣️ ♣️ ♣️ ♣️
Guide Conseils techniques
Tout savoir faire sur AVNS
Canaille vous explique
RV sur son site d'astuces
 en un Clic sur l'image
 

Partagez | 
 

 espèces menacées suite1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jjh

avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 21/09/2009

MessageSujet: espèces menacées suite1   Mar Oct 20 2009, 11:43

Espèce menacée (Wikipédia)
Le crapaud rouge de Madagascar
(parfois appelé grenouille-tomate), dont le nom scientifique est Dyscophus antongilii.

Il figure maintenant sur la liste des espèces menacées. Comme la plupart des espèces très colorées, ce crapaud sécrète (quand il est agressé) des toxines qui brûlent la bouche et les yeux de ses prédateurs, et peuvent causer des allergies chez l'homme.
Les couleurs de l'adulte varient de l'orange jaunâtre à un rouge foncé.
Le ventre est généralement plus clair et jaunâtre. Des taches noires ornent parfois la gorge.

La femelle est plus grande que le mâle (elle peut atteindre 4 pouces de longueur, pour 2 à 3 pouces de large). la femelle est plus colorée et brillante que le mâle souvent orange ou brun-orange plus terne.
Les jeunes sont aussi plus ternes et ne développent une coloration brillante qu'avec la maturation sexuelle.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
http://lespachas.xooit.com/index.php


Dernière édition par jjh le Mar Oct 20 2009, 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jjh

avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 21/09/2009

MessageSujet: Re: espèces menacées suite1   Mar Oct 20 2009, 11:46



Le boa constrictor



Est une espèce de serpent d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale dont la taille peut atteindre, selon la sous-espèce et le sexe, de 2 à 4 mètres. Il est de mœurs crépusculaire à nocturne et peut vivre entre vingt et quarante ans. Il mange des iguanes, des oiseaux, des ocelots et d'autres petits mammifères. Lorsqu'il serre une proie il peut exercer sur celle-ci une pression allant jusqu'à 3200 Kgf.

Sa zone de répartition comprend principalement l'Amérique Centrale et le Nord de l'Amérique du Sud avec Mexique, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Salvador, Costa Rica, Panama, Colombie et Équateur. Il se plait dans les forets tropicales, les savanes humides ou sèches et les
zones semi-arides.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
http://lespachas.xooit.com/index.php
Revenir en haut Aller en bas
jjh

avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 21/09/2009

MessageSujet: Re: espèces menacées suite1   Mar Oct 20 2009, 11:47

L'Araucaria du Chili (araucaria araucana)
Est une espèce de conifère originaire de la province chilienne de l’Arauca. On le retrouve aussi en Argentine, ainsi qu’au sud du Brésil et sur les hauteurs de Campos do Jordão (lieu de villégiature proche de São Paulo), où il est un véritable symbole de la région. Araucaria araucana est l'arbre national du Chili.

L'arbre est également appelé désespoir des singes en Europe depuis son importation en Angleterre vers 1850 ou le premier importateur imagina que les singes ne pourraient pas y monter du fait que les feuilles de cette espèce sont très rigides et pointues, presque épineuses. Cela dit, il n'y a pas de singes au Chili où on ne l'appelle pas ainsi. Son nom chilien est pehuén et la tribu Mapuche, Pehuenche, porte son nom car elle se nourrissait beaucoup de ses graines.

Le côté piquant de ses feuilles a pu en revanche le protéger des dinosaures car l'espèce est très ancienne. On la décrit parfois comme un fossile vivant.L'arbre peut atteindre 2 m de diamètre, 50 m de haut et vivre jusqu'à environ 1000 ans[1].

L'espèce est généralement dioïque mais il arrive qu'un même arbre porte des cônes mâles et femelles. Les cônes femelles, isolés ou groupés par deux, peuvent atteindre le taille d’un melon. Chaque cône est composé d’environ 700 écailles autour d’un axe dressé. Les ovules se situe sur la face supérieure de ces écailles. Un cône contient environ 200 graines ressemblant à de gros pignons de 3 à 4 cm de long.

Les cônes mâles sont allongés, groupés par trois, quatre ou cinq, aux extrémités des branches. Chaque écaille mâle porte 6 à 15 sacs polliniques.

Les graines de l’Araucaria araucana sont comestibles et sont largement exploitées au Chili. Un groupe de six femelles avec un mâle pour la pollinisation peut produire plusieurs milliers de graines par an. L'inconvénient majeur de cette production est qu'un arbre ne produit ses premières graines que vers 30 à 40 ans, ce qui décourage les investissements dans la plantation de vergers (bien que les rendements à l'échéance puissent être importants à terme).
.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
http://lespachas.xooit.com/index.php
Revenir en haut Aller en bas
jjh

avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 21/09/2009

MessageSujet: Re: espèces menacées suite1   Mar Oct 20 2009, 11:49

Les cœlacanthes
(sous-classe Coelacanthimorpha ou ordre Coelacanthiformes)

Forment un groupe de poissons proche des crossoptérygiens, donc osseux. Il en existe de nombreux fossiles et deux espèces vivantes connues du genre Latimeria. Ils n'ont que peu évolué morphologiquement depuis 350 Ma et ressemblent aux ancêtres aquatiques des vertébrés terrestres. Ils possèdent une poche de gaz avec des parois épaisses qui pourrait être le vestige d'un poumon ancestral. Cette caractéristique, ainsi que la forme et le mouvement de ses nageoires l'ont souvent vu élevé au rang de forme panchronique ou de forme transitionnelle.
Les espèces encore existantes de ces poissons sont menacées d'extinction.


Les cœlacanthes, bien qu'ils soient aujourd'hui représentés par deux espèces vivantes, ne furent longtemps connus que comme un groupe de spécimens fossiles largement représentés dans les alluvions du Dévonien au Crétacé, avec une apparente extinction à la fin de l'ère secondaire. La découverte des premiers fossiles fut l’œuvre de l'ichtyologue Louis Agassiz, alors professeur à l’Université de Neuchâtel, en 1832. Agassiz avait su le premier tirer parti des schistes ardoisiers du canton de Glaris et des calcaires fossilifères de Monte Bolca : dès 1829, il projeta de publier ses conclusions dans « Recherches sur les poissons fossiles » (paru en cinq volumes entre 1833 et 1843), où les cœlacanthérés sont mentionnés pour la première fois.

Aussi la surprise ne fut-elle pas mince lorsqu'en 1938 l’ornithologue sud-africaine Marjorie Courtenay-Latimer (1907 - 2004 ) annonça la découverte d’un cœlacanthe vivant.

Le 22 décembre 1938 elle avait reçu un appel téléphonique lui indiquant qu'un pêcheur actif dans l'estuaire de la Chalumna River, Hendrik Goosen, venait de remonter dans ses filets un poisson de type inconnu. Elle emporta la prise au musée d’East London afin de l’étudier et de l'identifier mais, ne le trouvant dans aucun de ses ouvrages, elle fit naturaliser l’animal et contacta l’ichthyologue James L. Brierley-Smith (1897-1968) qui y vit un cœlacanthe, connu alors uniquement à l’état de fossile. L’espèce est depuis baptisée Latimeria chalumnæ en l’honneur de Marjorie Courtenay-Latimer et des eaux dans lesquelles elle a été retrouvée. Il faudra attendre quatorze ans pour qu'un nouveau spécimen soit découvert. Les cœlacanthes sont peut-être
l'exemple le plus fameux de « taxon Lazare ».

On lit souvent que les cœlacanthes ont subsisté sans modification biologique pendant des millions d'années, mais à vrai dire les deux espèces modernes (et même leur genre) ne sont pas représentées dans les strates fossiles de l'ère secondaire. Cela dit, il est bien exact que certaines espèces disparues, particulièrement celles des fossiles de coelacanthe les plus tardifs, à savoir le genre Macropoma du Crétacé, ressemblent beaucoup aux espèces modernes. L'explication la plus plausible de cette lacune évolutive est la disparition de ce poisson des lagunes. D’autre part, les fossiles des grands fonds marins sont rarement formés dans les strates où les paléontologues peuvent les mettre au jour, ce qui donne l'illusion que ces espèces des
grandes profondeurs n'existaient pas autrefois : cette hypothèse est toujours à l'étude.


♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
http://lespachas.xooit.com/index.php
Revenir en haut Aller en bas
jjh

avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 21/09/2009

MessageSujet: Re: espèces menacées suite1   Mar Oct 20 2009, 11:51

L’Aigle des singes (Pithecophaga jefferyi),
Rebaptisé en 1978 Great Philippine eagle[1],

Est un rapaceendémique des Philippines. C'est la seule espèce du genre Pithecophaga.
Ce rapace mesure de 86 à 102 cm pour une masse de 4,5 à 8 kg et une envergure de 2,50 m.
Libres d'évoluer en dehors de la concurrence d'autres grands prédateurs, les aigles sont devenus les chasseurs dominants des forêts philippines.

En raison de leur taille, un vaste territoire de forêt pluviale leur est indispensable pour se nourrir.

Les couples reproducteurs préfèrent les hauts arbres aux cimes dégagées.
Les nids sont construits à des altitudes allant de 25 à 50 m et servent souvent pour les nidifications suivantes.

Chaque couple a besoin de 70 à 130 km² pour élever un seul poussin, ce qui rend l'espèce vulnérable à la déforestation. Cette espèce peuple les plus grandes îles du nord et de l'est des Philippines (Luzon, Leyte, Samar et Mindanao où se trouve la plus grande population). Elle est endémique des Philippines.

.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
http://lespachas.xooit.com/index.php
Revenir en haut Aller en bas
jjh

avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 21/09/2009

MessageSujet: Re: espèces menacées suite1   Mar Oct 20 2009, 11:53

L'Ara bleu (Ara ararauna),
encore appelé Ara bleu et jaune ou Ara ararauna,

Est un grand perroquet du genre Ara facilement reconnaissable aux couleurs de son plumage.
Cet oiseau est protégé par la Convention de Washington



Espèces d'oiseaux protégées de Guyane.
Il mesure 90 cm de long et pèse 1,3 kg.
Dessus bleu turquoise, dessous jaune d'or.
Front et calotte bleu-vert. Sous caudales jaune bleuté.
Collier noir sous la face. Joues blanches dénudées, marquées de quelques stries de plumes noires. Yeux jaunes, bec et pattes noirs.
Femelle plus petite.

Ce sont des oiseaux très affectueux et très intelligents qui apprennent extraordinairement bien à imiter et à parler. On trouve de nombreux jeunes en captivité, mais il faut parfois des années à un couple pour entreprendre une famille.
Il est conseillé d'installer un nichoir de 55 par 55 et 85 cm, avec un trou de vol de 17 cm de diamètre, en bois épais (4 cm). Chaque couple devra disposer d'un nichoir tout au long de l'année, car les oiseaux aiment y dormir.
Ils peuvent se montrer extrêmement protecteurs et donc agressifs envers leur propriétaire pendant la reproduction. Ils sont superbes, mais requièrent une grande cage, une volière étant encore mieux.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
http://lespachas.xooit.com/index.php
Revenir en haut Aller en bas
jjh

avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 21/09/2009

MessageSujet: Re: espèces menacées suite1   Mar Oct 20 2009, 11:54

Le Courlis à bec grêle
Est un oiseau limicole extrêmement rare vivant l'été en Sibérie et hivernant dans certaines zones de la mer Méditerranée (quelques observations aux cours des dernières décennies).

La population mondiale du courlis à bec grêle est estimée à moins de 50 individus.
Nos connaissances sur ce scolopacidé sont très faibles; ses mœurs et son milieu de vie exact nous sont par exemple inconnus. Sa disparition est probablement à craindre, emportant ses secrets.

.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
http://lespachas.xooit.com/index.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: espèces menacées suite1   

Revenir en haut Aller en bas
 
espèces menacées suite1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liste des espèces menacées ou vulnérables ou Québec
» La liste rouge des espèces menacées s’allonge
» Espèces menacées : définition, explications...
» La Chine : STOP aux tueries d'espèces menacées pour la médecine traditionnelle!
» Instant Wild : une application iPhone pour observer les espèces menacées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animaux Nature Vie Solidaires :: Nature et environnement :: Informations divers-
Sauter vers: