Information Défense et Protection Animale et Environnement
 
AccueilPublicationsFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
 Le Site AVNS continue d'évoluer
 
Vous pouvez dès à présent vous abonner à la new
 Visiter régulièrement,  en un clic sur l'image >
pour vous tenir informé chaque semaine
de tous les nouveaux sujets
Infos et discutions postés sur le forum AVNS
♣ ♣ ♣ ♣ ♣
Guide Conseils techniques
Tout savoir faire sur AVNS
Canaille vous explique
RV sur son site d'astuces
 en un Clic sur l'image
 

Partagez | 
 

 Corrida : "Ni art ni culture" un livre de Isabelle Nail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kenny fondatrice
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 4222
Date d'inscription : 16/09/2009
Age : 66
Localisation : aquitaine

MessageSujet: Corrida : "Ni art ni culture" un livre de Isabelle Nail   Sam Juin 21 2014, 01:20

Ouvrage recommandé ~ info  





Isabelle Nail signe aux Éditions Astobelarra un essai à charge contre la pire des pratiques du Sud-Ouest. Pour évoquer, affirmer et confirmer sa position anticorrida, l’auteure a choisi de retracer un parcours qui la conduit de son Anjou natale aux festivités d’Arles et au choc premier ressenti à la vue d’une corrida. Rien ne la prédestinait à devenir un jour ...
... conseillère municipale dans une ville à vocation taurine et à s’opposer à ce jeu barbare, et pourtant, cette volonté allait déclencher un sacré remue-ménage, du jamais vu en ce fief garant d’une tradition espagnole revendiquée comme culture du sud de la France !
Dans les entrelacs de son récit, se glissent l’analyse des profils d’aficionados, le portrait de quelques toreras et toreros du passé et d’aujourd’hui, le symbolisme du sacrifice du taureau depuis les temps anciens, le rappel des jeux de Crète et de Rome, la recherche de l’impact de ce spectacle sur les enfants, la mise en évidence des influences familiales et environnementales.
S’ajoutent les épisodes d’une année exceptionnelle dans l’escalade d’un mouvement contre la perpétuation d’une tradition indigne, manifestations en forme de marée montante, relayées par de courageux députés, par des personnalités du monde politique et juridique, par des philosophes, écrivains, journalistes, artistes, scientifiques, psychiatres et psychologues... Protestations soutenues par des organisations structurées, fermement décidées à obtenir l’abolition de la corrida. Ce dernier vestige des jeux du cirque.
Préface du Professeur Hubert Montagner,Docteur ès-sciences (psychophysiologie), éthologue, ancien Directeur de recherches à l’INSERM.Postface de Michel BON, analyste jungien, psycho-sociologue et auteur.
Isabelle Nail est Analyste Jungienne et auteur de divers livres sur le sujet, mais aussi de romans. Pendant quelques temps élue municipale EELV à Dax, elle a été confrontée à l’une des pratiques les moins glorieuses du sud de la France : la corrida. «Ni art ni culture» raconte cette histoire et bien plus encore...
Astobelarra : Depuis le moment où nous t’avons sollicité pour nous écrire quelque chose et le moment où tu as terminé le livre, il s’est passé très peu de temps... Apparemment ça devait sortir non ?
Isabelle Nail : Il s’agit d’une synchronicité ou coïncidence signifiante. La demande d’Astobelarra a été formulée dans la période tourmentée de mon opposition à la corrida en tant qu’élue (accompagnée de deux collègues écolos). Et pourtant, depuis mon arrivée à Dax, je m’étais bien promis de ne rien écrire sur ce sujet car je n’avais (pensais-je) rien de plus à en dire... Le déclic premier a été l’intérêt porté par les gens de la FLAC (Thierry Hély le porte-parole, le psychiatre Jean-Paul Richier, le psychologue Joël Lequesne et le professeur Hubert Montagner) à mon premier article repris dans le livre. Mais comme tu le dis, ça devait sortir, et la rencontre de la demande avec ce qui était en gestation a abouti au résultat que l’on sait.
Au premier abord, la demande m’a paru difficile à réaliser, et ensuite j’ai été portée par ma créativité, la structure s’est vite mise en place dans ma tête, m’empêchant de dormir, comme toujours en période « active ». Je n’avais pas idée d’un temps précis pour écrire ce genre de livre, les idées et les mots ont jailli au bon moment. A la fin, j’ai eu l’impression d’avoir couru un marathon. J’étais aussi stimulée par l’actualité des manifestations nombreuses de 2013 partout dans le Sud et par les événements dacquois où les trois élus écolos ont été mis à rude épreuve...
Plus profondément, ce livre permet d’évoquer le symbolisme du sacrifice du taureau et de revenir sur les civilisations de l’antiquité. Mémoires que nous portons souvent à notre insu. L’occasion m’est aussi donnée de tenter une approche psychologique des partisans souvent passionnés de cette « tradition » et d’aborder le sujet de la protection des enfants et des jeunes.
Astobelarra : Alors qu’il y a pléthore de livre sur la corrida, il y a très peu de livres «anti»... Comment expliques-tu cela ?
Isabelle Nail : J’ai du mal à l’expliquer... Il semblerait que la corrida exerce une certaine fascination sur quelques intellectuels et sur les médias entourant les publications. Se positionner comme anti c’est tout de même se poser des questions sur ce qui se joue de pervers en l’homme qui assiste ou participe au spectacle tronqué de la corrida, c’est entrer en empathie avec l’animal, refuser la mise en scène de la torture et de la mort, c’est avoir une conscience morale, un sens de l’éthique.
Reste à savoir également si les livres sur la corrida se vendent bien...
Astobelarra : Tu parles d’ «entrer en empathie» avec l’animal, d’éthique… N’est-ce pas là justement là le problème de l’humain aujourd’hui avec la corrida, les élevages industriels d’animaux d’élevage ou la disparition des espèces sauvages et celle de leur territoire ?
Isabelle Nail : Est-ce qu’un jour les hommes ont eu davantage de respect pour l’animal qu’aujourd’hui ? Difficile à affirmer. Dans mon enfance, j’ai eu l’occasion à deux reprises de constater le peu d’empathie envers l’animal qu’on va tuer... J’ai vu des chiens attachés à la niche dans des cours de ferme à qui l’on ne portait pas le moindre intérêt, ils étaient là pour garder. Les tueries de cochon ne m’ont jamais paru ressembler à des fêtes, et pourtant, elles l’étaient, le sont encore, pour certaines personnes...
La possibilité de consommer s’est développée (et donc les élevages pour satisfaire les demandes à moindre coût)... Mais peut-on prétendre qu’autrefois, en des temps plus anciens, les hommes étaient plus empathiques, moins égoïstes, plus solidaires et respectueux du vivant ? Les guerres, l’envie, les crimes ont toujours fait partie du décor. Le déploiement des moyens de locomotion a permis aux hommes de se rendre en territoires sauvages, là encore, pour répondre à leur besoin de puissance, ramener des animaux pour le gain ou les chasser pour compenser leur complexe d’infériorité. L’appât du gain se passe de conscience morale et les hommes n’hésitent pas à détruire les territoires convoités. C’est quand même l’histoire de l’humanité, les conquêtes !
Je pense que l’empathie s’apprend pendant l’enfance, au sein de la famille, ou auprès d’une personne qui transmet le respect du vivant et sert d’exemple. Si l’on porte en soi l’histoire familiale et celle de l’humanité, pour autant, je ne pense pas que le nourrisson porte les gènes de la tauromachie (gènes de l’envie de se mesurer au taureau pour le tuer), comme d’aucuns voudraient nous le faire croire. Mais pour s’intéresser ou « réclamer » d’entrer à l’école taurine, par exemple, encore faut-il avoir subi très tôt des influences parentales et environnementales





♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Aidez les animaux en faisant le Clic achat sur le logo zooplus
Revenir en haut Aller en bas
http://www.avns.forumactif.com
 
Corrida : "Ni art ni culture" un livre de Isabelle Nail
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NON, la tauromachie n'a rien à voir avec la CULTURE !!!!!!
» Palétuvier
» Trinidad de Cuba, sortie d’un livre d'histoire
» Corrida
» La Corrida inscrite au patrimoine culturel français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animaux Nature Vie Solidaires :: Arts et littérature :: Littérature - TV - Vidéo-
Sauter vers: